Plus de quatre ans après l’incendie, Prémol, plus qu’un théâtre

Plus de quatre ans après l’incendie, Prémol, plus qu’un théâtre

Plus de quatre ans après l’incendie, Prémol, plus qu’un théâtre

 

Quatre ans et demi après l’incendie qui l’avait consumé, le théâtre Prémol a rouvert par une nuit dédiée à cette renaissance capitale pour tout un quartier et ses habitants.

Il y avait déjà eu de l’émotion en juin lorsque la ville avait donné les clés du théâtre remis à neuf. Et samedi, les yeux se sont parfois embués dans cette soirée « hommage à la vie » qui a lancé le renouveau d’une structure née juste après les Jeux olympiques de 1968.

« Ici, c’était d’abord la salle de bal, rappelle Donatien de Hautecloque, directeur de la MJC théâtre Prémol. Certains y ont rencontré leurs femmes, leurs maris, leurs enfants ont participé aux ateliers alors, malgré l’absence de théâtre durant cette période, il existait toujours dans l’imaginaire de chacun. » Preuve en est, le spectacle samedi soir se jouait déjà à guichets fermés.

REPÈRES

➤ Dans la nuit du 18 au 19 avril 2015, un incendie volontaire ravage le théâtre Prémol alors qu’une représentation s’y déroulait. Le feu détruit l’intérieur et la toiture du théâtre.
➤ Le programme de rénovation, en concertation avec les utilisateurs, est approuvé lors du conseil municipal du 26 septembre 2016.
➤ La première pierre symbolique du théâtre est posée le 8 novembre 2018 en présence des habitants et des élus grenoblois.
➤ Le 20 juin 2019, la Ville remet officiellement les clés du théâtre à Élisabeth Papazian, sa directrice.
➤ La rénovation, qui s’élève à 1,3 million d’euros, a été financée par la Ville, le Département et l’État.

Une activité tournée vers les habitants, pour les habitants

Si l’activité artistique ne s’était pas interrompue depuis 2015, son exercice s’était malgré tout avéré bien compliqué en l’absence de théâtre dont l’ambition reste, plus que jamais, tourné « vers les publics empêchés et éloignés de la culture », poursuit le directeur.

Qui, à l’image de l’emblématique directrice du théâtre, Élisabeth Papazian, leur répète : « Ici, c’est chez vous. Venez voir, entendre, participer. On souhaite que les gens du quartier s’approprient les outils, décident ensemble, en fassent ce dont ils ont envie. » Car la question qui sous-tend ce projet d’éducation populaire est claire : « Comment on amène l’art à la rencontre des habitants. C’est pour cette raison que tous les artistes qui sont en résidence ou qui se produisent ici ont nécessairement au moins un temps de médiation avec le public, en plus du spectacle. »

LE CHIFFRE : 490

La MJC théâtre Prémol, ce sont 490 adhérents qui pratiquent toutes sortes d’activités, dont 25 jeunes pour l’axe de création, une vingtaine de personnes lors des master classes et 40 adultes qui suivent le parcours culturel.

« Le théâtre est un élément du vivre-ensemble »

L’enjeu est finalement à double entrée : faire venir les habitants au théâtre et que celui-ci rejaillisse sur la vie de ces quartiers sud. Sans jamais négliger la qualité des productions proposées, ainsi que le martèle Donatien de Hautecloque : « Oui, il est trop facile, et on l’entend trop souvent, de dire que comme c’est pour les pauvres, on va faire des choses pauvres… Nous, on est à l’opposé de ça, on se bat, on a une exigence de qualité, avec nos moyens. Car au final, le théâtre est aussi un élément du vivre-ensemble. Et là, ce n’est pas un grand mot-valise, car c’est ce que l’on vit intensément, dans nos veines, au quotidien. Et on lutte contre ces quelques institutions qui peuvent se montrer violentes envers ce public qui se retrouve parfois, dans d’autres salles, contraint de s’asseoir en fond de salle ou sur des strapontins. »

Et qui, de fait, vit mal cette discrimination culturelle. « Ici, nous sommes dans un quartier multiculturel avec une grosse communauté africaine subsaharienne. Il faut donc également travailler là-dessus, car ça permet de découvrir de grands artistes d’autres pays mais aussi de se rencontrer, de s’apaiser dans la rencontre de l’autre. » Ce qui définit sans doute la culture mieux que de longs discours.

Une nuit complète de spectacles et de prise de paroles a été proposée, telle un symbole. Photo Le DL /Serge MASSE
Une nuit complète de spectacles et de prise de paroles a été proposée, telle un symbole. Photo Le DL /Serge MASSE

 

QUELLE NUIT !

Du samedi 19 octobre à 19 heures au dimanche 20 octobre à 8 heures, le nouveau Théâtre Prémol a offert une nuit qui restera dans les annales du monde artistique métropolitain. Une nuit complète de spectacles en forme de symbole, en rappel de la nuit de l’incendie du 18 au 19  avril 2015.

C’est devant une salle pleine, avec de très nombreuses personnalités, que les allocutions ont débuté : Hélène Vincent, la présidente de l’association MJC Prémol, suivie de Michèle Hostache, déléguée du préfet de l’Isère à la Politique de la Ville, ont toutes deux rappelé la nécessité de faire vivre le théâtre pour ce quartier, mais aussi pour tous les acteurs de l’agglomération.

Christophe Ferrari, le président de la Métropole, est revenu sur le courage des pompiers ce fameux soir de drame, tandis qu’Eric Piolle, maire de Grenoble, a cité Louis Jouvet : « Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, de plus nécessaire que le théâtre ! » et a parlé de continuité dans le renouveau.

Une soirée « solennelle et fraternelle » comme le disait Elisa Martin, la première adjointe de la Ville.

Une salle pleine, avec de très nombreuses personnalités. Photo Le DL /Serge MASSE
Une salle pleine, avec de très nombreuses personnalités. Photo Le DL /Serge MASSE

LE PROGRAMME DE LA SAISON

➤ Du 7 au 9 novembre et du 14 au 16 à 20 h, les 10 et 17 nov. à 17 h : L’odeur des arbres (Théâtre du risque)
➤ Les 22 et 23 novembre et du 27 au 30 à 19 h 30, les 24 nov. et 1er  déc. à 17 h : Le jardin de mon père (Ali Djilali)
➤ Samedi 7 décembre à 14 h et dimanche 8 décembre à 17h . Les clochards célestes (Cie les Petits pois)
➤ Jeudi 12 décembre à 18 h 30 et 20 h : Au chœur du symphonique (Claix Chamber Orchestra).
➤ Du 15 au 18 janvier à 20 h. Les 19 et 26 à 17 h. MacBeth (Cie le Contre PoinG)
➤ Samedi 1er  février à 20 h et dimanche 2 à 17 h. Les forains et autres… (Nicole Vautier)
➤ Les 14 et 15 février à 20 h, dimanche 16 à 17 h. Let’s dance remix (Cie les 7 familles)
➤ Les 21 et 22 février à 20 h, dimanche 23 à 17 h : Les guêpes de l’été (Cie théâtrale Müh)
➤ Les 13 et 14 mars à 20 h, dimanche 15 mars à 15 h. Antigone (Cie Entre en scène)
➤ Les 20 et 21 mars à 20 h, dimanche 22 mars à 15 h : Huis clos (Cie Entre en scène)
➤ Les 27 et 28 mars à 20 h, dimanche 29 mars à 15 h : Sea… Shepherd 77 (Cie Entre en scène)
➤ Samedi 4 avril à 20 h : Les cuillères vides (Cie Apart)
➤ Les 10 et 11 avril à 20 h, dimanche 12 à 17 h : Iphigénie ma sœur (Cie choses dites)
➤ Mardi 5 mai à 20 h, samedi 9 mai à 14 h et 20 h : À propos… savez-vous ? (Colette Priou)
➤ Samedi 16 mai à 20 h, dimanche 17 mai à 17 h : En fuite ! (Cie Golem Théâtre)
➤ Samedi 23 mai à 20 h 30, dimanche 24 mai à 17 h : Shifumi (axe de création Prémol)
➤ Les 5 et 6 juin à 20 h : Note d’une lumière sombre (Nikos Précas)
➤ Les 26 et 27 juin à 20 h : On est ensemble ! (Cie Malka)

Article paru sur le site et dans les colonnes du Dauphiné Libéré, le lundi 21 octobre 2019