« C’était fondamental de ne pas abandonner ce territoire en matière de culture »

« C’était fondamental de ne pas abandonner ce territoire en matière de culture »

« C’était fondamental de ne pas abandonner ce territoire en matière de culture »

À Grenoble, samedi 19 octobre, quatre ans et demi jour pour jour après l’incendie qui a détruit le bâtiment, le Théâtre Prémol du Village olympique ouvre de nouveau ses portes. Élisabeth Papazian, directrice du théâtre géré par l’association MJC Théâtre Prémol, nous en dit plus sur les coulisses de ce lieu « si singulier ».

« Nous sommes restés debout toute la nuit du 18 au 19 avril 2015 lors de l’incendie du théâtre, nous resterons debout toute une nuit pour sa réouverture. » Pour Élisabeth Papazian, directrice des lieux depuis 2011, il était important d’organiser un événement exceptionnel et doté d’une forte dimension symbolique pour marquer l’ouverture du nouveau Théâtre Prémol et « essayer de tourner la page sur quatre ans et demi de souffrance, de traumatisme et d’attente ». Ainsi, dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 octobre, le théâtre se fera l’hôte de nombreuses prestations artistiques, grâce à la complicité d’artistes et d’habitants, qui ont tous répondu présent pour célébrer cet « endroit singulier qui fait partie de l’histoire du quartier et joue un rôle important ».

Avant tout un lieu de rencontre et d’échange

« Très vite après l’incendie, la municipalité s’est engagée à reconstruire ce théâtre. Pour nous, cette décision était importante car c’était fondamental de ne pas abandonner ce territoire en matière de culture. » Créé en 1968, ce lieu socioculturel n’est pas uniquement destiné à la représentation de spectacles. « Ce théâtre est avant tout un lieu de rencontre et d’échange, ouvert à tous, qui permet de créer du lien et d’effacer la distance qui existe parfois entre des artistes et des habitants qui ne se sentent pas toujours légitimes à venir dans ce type de structure. » Plusieurs fois par an en effet, des ateliers encadrés par les artistes en résidence et destinés aux habitants sont organisés, avec une partie restitution à la fin pour « valoriser » le travail mené. « Avec ces temps de médiation, nous voulons permettre aux habitants d’être acteurs de la culture sur leur propre territoire et de s’approprier aussi ce lieu qui est le leur. »

Côté spectacles, le théâtre cherche là aussi à se rendre accessible au plus grand nombre en proposant une programmation éclectique, allant du théâtre à la danse en passant par la musique, afin que « chacun puisse trouver quelque chose en fonction de sa sensibilité ».

« C’est excitant de revenir à la maison »

Si, pendant ces quatre ans et demi, le théâtre n’existait plus physiquement, l’équipe a tout mis en œuvre pour poursuivre ses activités hors les murs ainsi que dans l’auditorium de la MJC attenant au théâtre qui n’avait pas brûlé. « C’était important pour nous de montrer que malgré tout, on était toujours là. Aujourd’hui,  c’est excitant de revenir à la maison, c’est un peu le même sentiment de plaisir que lorsque l’on rentre d’un long voyage et pose ses valises. »

Article paru sur le site du Petit Bulletin de Grenoble, le mercredi 15 octobre 2019